Le pouvoir du souffle

Le pouvoir du souffle

Les Pranayamas

Le souffle est un des outils les plus puissants à notre disposition permettant l’auto-régulation du corps, la création d’énergie et par dessus tout, d’être en bonne santé. Même si nous inspirons et expirons sans cesse, le réel pouvoir du souffle peut échapper à beaucoup d’entre nous. En effet, avec le temps nous avons drastiquement diminué notre capacité respiratoire, à tel point que nous n’utilisons plus que la partie supérieure de nos poumons.

Des études scientifiques ont démontré l’impact phénoménal que pouvait avoir la conscience de notre propre souffle sur notre santé et notre bien-être. Les fonctions mentales sont améliorées grâce à des techniques de respiration spécifiques appelées Pranayama, en stimulant le système nerveux parasympathique et de ce fait augmentant nos performances cognitives. Le système nerveux parasympathique correspond à notre mode « repos et digestion », qui permet de baisser le rythme cardiaque et la pression artérielle, initiant ainsi un état de calme.

« Prana » peut se traduire par vitalité, énergie. « Yama » quant à lui, veut dire prolonger, augmenter. Les Pranayamas ont donc pour but d’augmenter l’énergie au sein du corps du pratiquant. 

Durant la pratique des Pranayamas, il est primordial de respirer lentement et doucement afin de ne pas dépenser d’énergie inutilement. Un souffle stable et rythmé permettra de canaliser cette énergie créée et de la diffuser dans tout le corps. Au contraire, un souffle rapide et haché baissera le niveau de dioxide de carbone dans le corps engendrant une sensibilité des nerfs et des muscles, les vaisseaux sanguins dans le cerveau se contracteront et réduiront ainsi l’apport en oxygène et apporteront un léger étourdissement.

"Pour guérir la maladie du corps, utilisez le corps. Pour guérir la maladie de l'esprit, pratiquez le pranayama."
Sri T. Kryshnamacharya

Le souffle pour maîtriser son esprit

Nos émotions et nos pensées sont étroitement liées à notre respiration. Lorsque vous contrôlez votre respiration, vous êtes capable de maitriser votre esprit et vos émotions.

"Le souffle est le roi de l'esprit."
B.K.S. Iyengar

Notre corps respire la plupart du temps en mode « auto-pilote ». La respiration consciente – en donnant de l’attention à notre souffle et en apprenant à le manipuler – est une manière très efficace pour diminuer notre stress quotidien et améliorer divers facteurs de santé allant de l’humeur au métabolisme. Les Pranayamas sont à la fois une pratique améliorant la santé physique, la santé mentale et permettant une forme de méditation. Il ne s’agit pas uniquement d’un exercice de respiration, mais d’un exercice de l’esprit utilisant le souffle comme son véhicule.

Le taux moyen de respiration standard par individu est de 14 à 20 respirations par minute, ce qui est trois fois supérieur aux 5 à 6 respirations par minute vous permettant d’être au meilleur de votre forme.

Avec chaque respiration, des millions de récepteurs sensoriels dans notre système respiratoire envoient des signaux à notre tronc cérébral via le nerf vagal. Une respiration rapide va sur-stimuler le cerveau provoquant une activation du système nerveux sympathique qui augmentera les hormones du stress, le rythme cardiaque, la pression sanguine, la tension des muscles, la transpiration et l’anxiété.

Au contraire, le fait de ralentir votre respiration va activer le système nerveux parasympathique qui va inhiber tous les symptômes décrits ci-dessus pour laisser place à la relaxation, le calme et la lucidité.

La rétention du souffle (kumbhaka) stimule le système nerveux parasympathique, qui nous l’avons vu plus haut, réduit notre rythme cardiaque et nous permet d’être plus calme et plus concentré. Une rétention de CO2 aide à un meilleur échange d’oxygène dans les cellules. En retenant notre souffle, le CO2 présent dans le corps est absorbé dans le flux sanguin et se transforme en gaz carbonique. Ce gaz carbonique va initier une dilatation des vaisseaux sanguins, permettant une meilleure circulation du sang et un meilleur échange d’oxygène dans nos poumons, amenant même une augmentation en taille des poumons. En pratiquant les Pranayamas, la capacité pulmonaire peut même être considérablement augmentée. 

En retenant notre souffle, nous demandons à notre corps de créer plus de globules rouges qui sont chargés de transporter l’oxygène à travers le corps, ce qui va également augmenter nos capacités physiques.

Pourquoi respirer par le nez?

Le pouvoir du souffle Le pouvoir du souffle (1)

Dans le yoga, nous respirons par le nez dans le but de contrôler l’esprit. Si vous deviez décrire des situations durant lesquelles vous respirez par la bouche, il y a de grandes chances que ces situations seront des états de stress, d’anxiété ou que vous avez dépassé vos limites physiques. Dans de tels cas, nous ouvrons la bouche pour inspirer ou expirer plus d’air plus rapidement et retrouver un état de calme.

Durant notre pratique de yoga, seule une respiration lente, profonde et douce peut calmer le système nerveux. Une respiration nasale permet bien mieux de contrôler notre souffle: nous pouvons ajuster sa longueur, son rythme, sa fluidité et sa douceur.

De plus, une respiration par le nez permet d’introduire un air plus sain dans nos poumons. En effet, les fausses nasales permettent de filtrer l’air y pénétrant, de l’humidifier et de le réchauffer avant qu’il ne pénètrent dans nos poumons. Les petits poils ainsi que le mucus présents dans le passage nasal permettent de filtrer les particules de poussière, de pollens, de polluants, de virus et de bactéries avant que l’air ne pénètre nos poumons. En plus du mucus, la fine couche d’humidité présente dans le nez est captée par l’air y passant, humidifiant ce dernier, permettant une meilleure assimilation par les tissus des passages bronchiques et nos poumons. Et finalement, de nos narines jusqu’à notre gorge, l’air à la temps de se réchauffer afin d’atteindre nos poumons à une température corporelle. Ainsi, en respirant par le nez, nous choisissons de donner la meilleure qualité d’air possible à nos poumons.

En inspirant et en expirant par le nez, nous souhaitons équilibrer nos énergies. La narine droite est connectée à Pingala Nadi (un nadi étant un canal énergétique) – source de notre énergie solaire, notre énergie masculine, celui gouvernant notre corps physique et notre côté rationnel et intellectuel. La narine gauche quant à elle est connectée à Ida Nadi – source de notre énergie lunaire, notre énergie féminine, celui contrôlant notre esprit et notre côté créatif et intuitif. Lorsque nous respirons par le nez, nous stimulons les deux narines, et donc chacun des deux nadis. Nous sommes alors capable d’harmoniser nos énergies afin de trouver notre propre équilibre et d’être en paix avec nous même.

"Le yoga se révèle lorsque s'arrête le flot du souffle."
Abhinavegupta
Partager cet article ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page